Conférence de presse sur la campagne de bourses 2018

JPEG

Le 11 mai 2018, Monsieur Philippe LACOSTE, Ambassadeur de France au Tchad, Mad ame Radhia OUDJANI, Conseillère de coopération et d’action culturelle, ainsi que l’équipe de la coopération universitaire et des mobilités étudiantes à l’Ambassade et à Campus France ont donné une conférence de presse sur les bourses du Gouvernement français à l’Institut français du Tchad (IFT) à l’occasion de la clôture de la campagne 2018 qui s’est achevée le 30 avril 2018 et durant laquelle 223 dossiers de candidatures pour financer des études de master et de doctorat ont été reçus. Cette conférence de presse a permis d’éclaircir certains points :

  • Les bourses du Gouvernement français sont entièrement financées par la France et offrent une couverture complète : voyage, droits d’inscription, logement nourriture, sécurité sociale ; c’est la raison pour laquelle, contrairement à d’autres pays où il existe des programmes cofinancés par l’Etat d’envoi ou par des entreprises, le nombre de boursiers est plus faible au Tchad ;
  • Au Tchad, l’Ambassade de France finance une cinquantaine de nouvelles mobilités par an s’ajoutant aux boursiers déjà en cours d’études (car les bourses de master 1 se poursuivent en master 2 et parfois en bourse de doctorat qui, elles-mêmes s’étendent sur 3 voire 4 ans) ce qui représente la plus grosse part de son budget de coopération ;
  • Les bourses sont attribuées à l’appui de formations que l’Ambassade soutient au Tchad en collaboration avec des partenaires universitaires tchadiens (majors de promotion des masters Génie mécanique, Génie électrique, Hydro-SIG, médecine avec la Faculté de l’Hôpital le Bon Samaritain…) ou sur des programmes de renforcement des capacités de l’administration (fonctionnaires tchadiens présentés par leur administration aux concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration, l’Ecole nationale des Finances publiques, les Ecoles de statistiques, l’Ecole des douanes…) ou encore à la demande de partenaires tchadiens désireux de renforcer leurs capacités (CEFOD, CNRD, CCU…). Pour les candidats qui ne rentrent pas dans ces catégories, un avis académique externe du directeur de thèse ou du directeur de master est exigé et donne lieu à une consultation directe avec les services compétents de l’ambassade ;
  • Les bourses sont délivrées dans des domaines définis par la Partie tchadienne comme prioritaires au développement du pays : formations d’ingénieur, de médecins, de fonctionnaires de haut niveau, de gestionnaires, de spécialistes de l’environnement… et sur des sujets intéressants directement le Tchad. Ces domaines sont énoncés dans l’appel à candidature ;
  • La plus grande difficulté pour les demandeurs de bourse a consisté à obtenir une attestation de pré-inscription dans un établissement français ou de la sous-région. C’est la raison pour laquelle la campagne s’est étendu jusqu’au 30 avril 2018. La solution consiste à accentuer les relations interuniversitaires entre établissements français et tchadiens. A cet égard, une convention-cadre sera signée le 24 mai 2018 entre le Consortium des universités et des grandes écoles du Tchad et la Conférences des Présidents d’Université (CPU) française. Cette convention permettra ensuite la signature d’accords particuliers d’université à université ou entre facultés tchadiennes et française facilitant les mobilités d’étudiants entre les partenaires.
  • La campagne de bourses 2019 débutera le 15 novembre 2018 et sera marquée par la création d’un espace Campus France permettant la dématérialisation de la procédure, par la mise en œuvre de nouveaux programmes de bourses notamment européennes (ERASMUS) ou en partenariat avec des entreprises et surtout par l’octroi d’un certain nombre de bourses réservées aux étudiantes au vu du faible taux de candidatures féminines cette année (seulement 8%).
  • Pour la campagne 2018, les candidats qui auront été retenus en seront informés individuellement par l’Ambassade de France et une annonce sera mise prochainement sur le site indiquant qu’au-delà d’une certaine date, les candidats qui n’auraient pas été directement contactés peuvent considérer leur candidature comme non retenue. Une grande majorité de dossiers étant parvenues à l’Ambassade la dernière semaine d’avril, ceux-ci sont encore en cours d’examen.
  • L’Ambassade de France a souci de ne laisser passer aucun bon dossier académique et s’efforce d’attribuer une bourse à tout candidat tchadien d’un haut niveau dans des disciplines ou des thématiques au service du Tchad.

Dernière modification : 18/05/2018

Haut de page