Exposition : « Découvrir son identité et faire découvrir à l’autre » à l’IFT

Après avoir sillonné le Tchad, les artistes Nanyadji Ka-Gara et Yaya Sarria présentent l’exposition « Découvrir son identité et faire découvrir à l’autre » afin de valoriser les richesses de la culture tchadienne et les ethnies qui la composent. Le vernissage, qui a eu lieu le 11 juin en présence de la Ministre de la Culture, a réuni près d’une soixantaine de personnes.

Du Nord au Sud, d’Est en Ouest : un voyage au sein des ethnies qui peuplent le Tchad

Peuls M’Bororo, Goranes, Saras… : les 252 ethnies qui peuplent le Tchad sont une source d’inspiration. Il s’agit pour Nanyadji Ka-Gara et Yaya Sarria d’aller à leur rencontre.

S’ils se définissent tous deux comme « artistes de plateau », c’est pourtant à travers la photographie et le son qu’ils ont d’abord décidé de présenter leur projet. Leur premier voyage les a menés au Sud du Tchad, où ils ont pu échanger avec une dizaine d’ethnies. Ces rencontres, traduites sous formes de portraits photographiques et sonores, ont donné lieu à une première exposition en 2017 à l’Institut Français du Tchad.

Ils ont ensuite entrepris un second voyage, qui les a conduits cette fois-ci à sillonner le Tchad de part en part. Ces nouvelles découvertes sont venues enrichir leurs premières productions et ont donné lieu au montage d’une seconde exposition, présentée à Bordeaux puis à l’Institut Français du Tchad (actuellement ouverte au public).

Un projet artistique qui mêle recherches sociologiques et anthropologiques

Deux nouvelles « phases de recherche » viendront compléter les séquences déjà réalisées. À l’issue de celles-ci, deux supports sont prévus pour faire suite aux expositions : un documentaire d’abord puis un livre qui laisse une large place à des sociologues et anthropologues tchadiens.

Lors du vernissage de l’exposition, Pierre Muller, Directeur délégué de l’Institut Français du Tchad, a souligné son intérêt pour ce projet : « Ce travail est remarquable, dans le fait qu’il s’empare d’une notion, l’identité culturelle au Tchad, pour prendre le contrepied de tous les discours identitaires, de tous les discours essentialistes, de tous les discours fermés sur la question ethnique. Les artistes empruntent une autre voix. Ils empruntent dans ce discours artistique une voix qui est pleine d’humanité et une esthétique qui est d’une rare beauté ».

L’exposition est ouverte au public jusqu’au 28 juin 2019 à l’Institut Français du Tchad (prolongation jusqu’au 13 juillet 2019).

Dernière modification : 10/07/2019

Haut de page