Fatimé, Présidente de l’association des femmes du Grand Kanem

Fatimé, Présidente de l’association des femmes du Grand Kanem

« J’ai été mariée à l’âge de seize ans ce qui m’a empêché de continuer mes études. Mon père était fonctionnaire, c’est pourquoi nous avons beaucoup déménagé durant mon enfance. Aujourd’hui, je suis fière de dire que je maîtrise quatre langues de mon pays, qu’elles soient du nord ou du sud. Pour moi, les régions du Kanem, du Bahr El Ghazal et du Lac sont unies par le mariage, le sang, la même culture mais font aussi face aux mêmes défis. La première fois que j’ai vu, durant une des réunions de l’association, toutes ces filles et femmes de ces trois régions se mobiliser pour discuter des problématiques liées au mariage précoce, j’étais très fière. Je crois que l’union fait la force et je suis convaincue qu’avec mes soeurs tchadiennes, nous pourrons changer les choses. Je me bats pour lutter contre le mariage forcé mais aussi contre le réchauffement climatique. Mon souhait est de voir toutes les filles du Tchad, notamment celles du grand Kanem, aller à l’école. »

JPEG

JPEG

Dernière modification : 26/03/2018

Haut de page