L’Agence française de développement contribue à maintenir les filles à l’école

Focus, à l’occasion du 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, sur le projet « Renforcer l’accès à l’eau et à l’assainissement à N’Djaména et la gouvernance du secteur » cofinancé par l’AFD et l’Union européenne. Le volet assainissement du projet, qui a fait installer des latrines dans 16 écoles de la capitale, contribue à maintenir les filles à l’école.

« Maintenant les filles ont des cabines de latrines à part entière », témoigne Fatimé Hisseine Mahamat, directrice de l’école Centre B Dar Es Salaam, localisée à N’Djamena. « Il faut savoir que l’absence de ces latrines a été la cause de l’arrêt de l’école pour beaucoup de filles, qui sont arrivées en âge de puberté  », poursuit Saleh Tcheret, chargé de mobilisation sociale du projet.

927 latrines ont été installées dans les établissements publics et dans les familles de la ville de N’Djamena, dans le cadre du projet. Cette école fait partie des 16 écoles concernées. Elle a bénéficié dans ce cadre de 3 blocs, et de 11 cabines au total : un bloc de 4 cabines pour les femmes, un bloc de 5 cabines pour les garçons et un bloc de 2 cabines pour les enseignants. Les cabines nouvellement installées permettent de procurer de l’intimité aux filles. Faute d’infrastructures adéquates, les règles et le tabou qui y est attaché sont souvent source de décrochage scolaire chez les filles.

Durant les prochains mois, des actions de sensibilisation à l’hygiène menstruelle viendront compléter la livraison des latrines.

Le Projet eau et assainissement à N’Djaména (PEAN)

L’action s’inscrit dans le cadre du « Projet eau et assainissement à N’Djaména » (PEAN) lancé par la municipalité, avec le soutien financier de l’Agence française de développement (AFD) et de l’Union européenne.

« L’objectif du projet est d’améliorer les conditions de vie des populations des quartiers périphériques, notamment situées dans les 7ème et 8ème arrondissements. Le projet a quatre volets : eau potable, assainissement (construction de latrines), renforcement des capacités et drainage des eaux pluviales  », détaille Oumar Sarmadji, coordonnateur du projet à la mairie.

D’un montant initial de 12 M€ (10 M€ UE, 2 M€ AFD), le projet s’est vu augmenté jusqu’à 25 M€ (fonds apportés par l’UE) pour faire face à l’ampleur des travaux.

État d’avancement global

Le projet en est aujourd’hui à sa phase de clôture :

  • Volet eau : la réception provisoire des ouvrages a eu lieu en mars 2019, la réception définitive est prévue le 20 mars prochain
  • Volet assainissement : mise en place de 927 latrines dans les établissements publics et dans les familles (réception provisoire). La réception définitive des trois lots est respectivement prévue pour les mois de juin, juillet et septembre prochains.
  • Renforcement des capacités : 200 personnes ont été formées, depuis 2014.
  • Drainage des eaux pluviales : ce dernier volet, qui concentre 80% des financements, est le seul volet restant. Il a été mené à bien à 50%.

En savoir plus sur le projet

Dernière modification : 19/03/2020

Haut de page