L’ambassadeur de France au Tchad, M. Philippe Lacoste a visité le CNRD

L’ambassadeur de France Philippe Lacoste a visité le laboratoire du service de conservation et de valorisation des collections paléontologiques (SCVCP) du centre national de recherche et développement (CNRD) à N’Djaména, dans le cadre du soutien de la coopération française au CNRD et à la mission paléoanthropologique franco-tchadienne (MPFT). http://www.paleontologie-tchad.com/...

JPEG

Créés respectivement en 1995 et en 2001, le SCVCP et la MPFT sont au cœur des récentes découvertes en Afrique centrale (Abel et Toumaï, entre autres) qui ont révolutionné les théories sur l’origine de l’humanité.

Aujourd’hui, le SCVP constitue le centre de dépôt légal des collections tout en étant responsable de leur conservation. Il coordonne et programme les consultations de ces collections et les missions de terrain des partenaires nationaux et étrangers. Quant à la MPFT, elle demeure une collaboration scientifique exemplaire entre l’Université de N’Djaména, le CNRD, et l’Université de Poitiers. Composée d’une soixantaine de chercheurs tchadiens et internationaux (une dizaine de nationalités), elle supervise un programme international de recherches pluridisciplinaires dont le thème majeur s’articule autour de l’origine et des environnements des hominidés anciens.

Guidé par Mme Djetounako Clarisse Nekoulnang, directrice-adjointe du CNRD, Moussa Abderamane, chef du département de paléontologie l’Université de N’Djaména , de M. Ahounta Djimdoumalbaye, chef du service de paléontologie du CNRD, du technicien préparateur-mouleur, M. Mahamat Adoum et de Patrick Vignaud, professeur à l’institut de paléo-primatologie, paléontologie, humaine, évolution et paléo- environnements (IPHEP)de l’Université de Poitiers et directeur adjoint de la MPFT, M. Philippe Lacoste à découvert un laboratoire fascinant qui rassemble plus de 20 575 pièces dont les plus anciennes ont été découvertes sur le site de Toumaï (7 millions d’années ). L’équipe du SCVCP lui a également offert le privilège de tenir entre ses mains l’un des moulages originaux du crane de Toumaï (« espoir de vie » en langue Goran) et de la mâchoire d’Abel (3,5 millions d’années). Pour mémoire, Toumaï est le nom attribué au crane fossile découvert en 2001 dans le désert tchadien du Djourab et considéré comme le plus vieil hominidé du monde.

Dernière modification : 27/03/2017

Haut de page