Mission de Coopération Militaire et de Défense

La coopération militaire entre la France et le Tchad est ancienne. Elle permet l’accueil du poste de commandement de l’opération Barkhane à N’Djamena au sein de la base Adji Kosseï. Elle se traduit également par une coopération opérationnelle mise en œuvre par le pôle de coopération des Eléments Français au Gabon (EFG). Enfin, sous l’autorité de l’Attaché de Défense, la Direction de la Coopération de Sécurité et de Défense du MEAE développe des projets structurels sur le long terme.

JPEG - 144.3 ko
Signature des six conventions par le ministre délégue et l’ambassadeur de France
Ambassade de France au Tchad

Dans le cadre de la coopération militaire bilatérale, l’appui structurel de la France aux forces armées tchadiennes se traduit par l’insertion d’officiers et de sous-officiers français en qualité de coopérants militaires techniques au sein même de l’outil de défense du partenaire. Ainsi, une petite dizaine de militaires français, placés sous l’autorité de l’Attaché de Défense et chef de la mission de coopération militaire, participent à la mise en œuvre des projets de restructuration et de formation des forces armées. Les projets s’articulent autour des domaines de l’appui au commandement, de la formation professionnelle et de la reconversion des personnels militaires, de la formation des cadres, de la logistique et de la maintenance et de la capacité amphibie.

À la demande des autorités tchadiennes, des missions d’expertise et des détachements d’instruction opérationnelle ou technique permettent de délivrer aux militaires tchadiens des formations qualifiantes (et/ou de remise à niveau). Si ce soutien est principalement apporté par les Éléments Français du Gabon et la Direction de la Coopération de Sécurité et de Défense (DCSD) du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères, la force Barkhane participe également à différents modules de formation.

En 2019, ce sont au total 1 400 militaires tchadiens de tous corps et spécialités confondues qui ont bénéficié de formations en France, dans les Écoles Nationales à Vocation Régionale sur le continent, ou localement. Comme les années précédentes, un effort important est déployé en 2020 pour permettre aux cadres militaires tchadiens de développer ou d’approfondir leur connaissance de la langue française, au travers du Centre d’Apprentissage de la Langue Française (CALF) afin de se préparer aux concours et cursus internationaux.

La coopération militaire française conduite par la DCSD au Tchad recouvre sept projets distincts, chacun sous la responsabilité d’un coopérant français, dans le cadre d’une convention conditionnant leur présence et les moyens associés :

Appui au commandement et à l’organisation des armées

Ce projet accompagne les efforts de modernisation et de restructuration des forces armées tchadiennes dans un contexte d’engagement opérationnel intense du partenaire depuis plusieurs années (tant sur le sol tchadien qu’à l’extérieur du pays). Il participe à l’interoperabilité entre les forces tchadiennes engagées notamment au sein du G5-Sahel avec l’opération Barkhane.

Appui à la Direction Générale du Renseignement Militaire

Ce projet a pour but d’appuyer la chaîne du renseignement d’intérêt militaire tchadienne déployée sur le territoire national comme en opération (MINUSMA, FMM, G5-Sahel) au travers de la formation d’analystes et de la création de section multi capteurs.

Appui à la conduite de la logistique et de la maintenance

Initié il y a plusieurs années, ce projet de coopération s’attache principalement à développer les capacités et compétences logistiques nécessaires aux opérations ; le projet « Établissement Centralisé de Réparation Automobile (ECRA) » apporte aux forces tchadiennes des capacités accrues de mobilité et de transport en rénovant les matériels en dotation.

JPEG - 201.3 ko
Photo de famille à l’issue de la remise des brevets parachutistes aux élèves officiers de la 28ème promotion
Ambassade de France au Tchad

Formation des cadres de l’armée nationale tchadienne

Le projet au profit du Groupement des Écoles Militaires Interarmées est centré sur la formation des officiers et des sous-officiers, ainsi que sur des cursus de formations spécialisées. Ce projet bénéficie de nombreuses actions bilatérales de formation, que ces dernières soient conduites en collaboration avec la force Barkhane ou avec les Eléments Français du Gabon. Il appuie également la montée en puissance d’une école des enfants de troupe en 2020.

Appui à la reconversion des militaires et au génie combat

La reconversion des soldats tchadiens est réalisée au travers de formations dans les domaines agropastoraux et des métiers du bâtiment. Ce projet s’appuie sur deux centres de formation professionnelle : le Centre Militaire d’Instruction Agricole (CMIA) et le Centre d’Instruction du Génie (CIG). Ce projet s’est enrichi d’une composante d’appui à la capacité de lutte contre les engins explosifs improvisés permettant de former des spécialistes fortement sollicités.

Appui à la Garde Nationale et Nomade du Tchad

Unité emblématique, la GNNT assure des missions de police rurale sur l’ensemble du territoire tchadien. Elle participe notamment à la protection des biens et des personnes (dans les zones à très faible densité de population) et à la prévention des conflits liés à la transhumance. La GNNT participe également à la surveillance des frontières, en patrouillant dans les zones difficilement accessibles par des moyens motorisés. Le projet de coopération vise donc à appuyer cette force de sécurité spécifique, qui dispose d’unités méharistes, montées (chevaux), motorisée (pick-up) et embarquées (batellerie fluviale et lacustre) dans la zone du lac Tchad.

Appui à la capacité amphibie

Lancé à l’été 2020, ce projet à impact rapide a pour objectif d’appuyer la montée en puissance des capacités tchadiennes d’intervention dans le domaine de la sécurité au sens large dans la région du lac Tchad. Apportant une expertise au profit des unités dédiées de la Division des Groupements Spéciaux antiterroristes (DGSAT) mais également de la gendarmerie nationale et de la Garde Nationale et Nomade du Tchad, le projet participera à l’amélioration des capacités opérationnelles et à la coordination des différents acteurs sécuritaires face à Boko Haram. Les actions de ce projet seront intimement coordonnées avec celles conduites par les autres partenaires stratégiques du Tchad dont les Etats-Unis et l’Union européenne.

Dernière modification : 27/11/2020

Haut de page