Le HCR se réjouit d’un don de la France de 200,000 Dollars US pour ses opérations au Tchad

La Représentation de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) au Tchad salue la généreuse contribution de la France à ses opérations en faveur des populations relevant de son mandat.

Cette contribution de 200,000 dollars permettra de mettre en œuvre des activités pour [davantage] protéger, assister et trouver des solutions durables pour ces populations vulnérables, composée majoritairement de réfugiées mais aussi de déplacés internes et retournés tchadiens.

Dans certaines régions du Tchad, notamment dans la Région du Lac, la mise en œuvre des activités du HCR nécessite des investissements qui relèvent de projets de développement d’où « notre nouvelle stratégie, pluriannuelle et multipartenaire, faisant le pont entre l’action humanitaire et l’aide au développement », explique Mbili Ambaoumba, Représentant du HCR au Tchad. « Le soutien continu et soutenu de donateurs traditionnels du HCR comme le gouvernement français est salutaire, notamment pour permettre la construction du centre de santé de Baga Sola. Cela permettra aussi de mettre en place des services spécifiques de maternité, pédiatrie et de santé mentale pour assister réfugiés, déplacés internes et populations autochtones. »

Le Tchad accueille quelque 409,000 réfugiés et demandeurs d’asile dont la majorité vit sur son sol depuis plus d’une décennie. Il s’agit de plus de 320,000 réfugiés soudanais du Darfour, installés dans l’est du pays, de 75,000 Centrafricains dont la plupart se trouve dans des camps au sud et de plus de 8,000 Nigérians dont environ 6,000 vivent dans le camp de Dar es Salam, à Baga Sola dans la région du Lac. Quelques 6,000 réfugiés urbains se trouvent par ailleurs à N’Djamena.

L’opération du Tchad en 2017 n’est financée qu’à 24% sur les 165.3 millions de dollars nécessaires au HCR et à ses partenaires pour mener à bien les activités en faveur des réfugiés et d’autres populations relevant du mandat de l’agence onusienne. A l’instar de nombreuses situations de réfugiés de longue durée, celle du Tchad est confrontée à une réduction de ses ressources conduisant le HCR et ses partenaires à revoir leur stratégie pour mettre l’accent sur les activités d’autonomisation des réfugiés.

Télécharger : Le communiqué de presse

Dernière modification : 06/12/2017

Haut de page