Opération Militaire Conjointe Transfrontalière

Du 6 au 12 septembre 2017, les forces armées du Tchad, en partenariat avec les forces armées Nigériennes et la force Barkhane, ont participé à l’Opération Militaire Conjointe Transfrontalière (OMCT) MAI BOULALA au nord du Tchad et du Niger.

JPEG - 13.5 ko

L’opération était conduite depuis la base avancée de Madama, où était installé le centre opérationnel tripartite, sous commandement d’un officier supérieur tchadien.
Les forces armées nigériennes ont conduit des opérations de sécurisation de la région du Nord-Est du Niger, aux abords de la frontière avec le Tchad et la Libye. Ces opérations ont été appuyées par le Groupement Tactique Désert Blindé EDELWEISS.

Leur objectif : renseigner puis intervenir sur les itinéraires d’infiltrations des groupes armés terroristes, ainsi que sur les zones de passage des trafics dont ils profitent. Les trafiquants jouissent en effet dans le secteur d’une vaste zone d’action, compartimentée par de petits mouvements de terrain. Pour s’affranchir des élongations, un hélicoptère de manœuvre Puma et un hélicoptère de reconnaissance Gazelle de la force Barkhane guidaient les troupes au sol depuis les airs.

JPEG - 19.7 ko

Pendant ce temps, les forces armées tchadiennes menaient de façon coordonnée le même type d’action de leur côté de la frontière, également soutenues par les moyens de la Force Barkhane.

Dans cette région du « Grand Nord-Est » de la bande sahélo-saharienne, ce sont au final plusieurs centaines de soldats des armées nigériennes, tchadiennes et françaises qui ont contrôlé pendant sept jours une zone d’opération d’environ 80 kilomètres de long sur 40 kilomètres de large, mettant à mal les approvisionnements des Groupes Armés Terroristes.

Ces opérations transfrontalières ont pour but de développer l’interopérabilité, la coordination et la capacité de travail de part et d’autre de la frontière des pays du G5.

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina-Faso. Elle regroupe environ 4 000 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace notamment dans le cadre de la force conjointe du G5 Sahel en cours d’opérationnalisation.

Pour en savoir plus : [Cliquez ICI]

Dernière modification : 04/10/2017

Haut de page