Sadié, mannequin

Sadié, mannequin

« J’avais une belle silhouette et une taille compatible pour être mannequin. Je n’ai pas eu une enfance difficile, j’ai été élevée dans une famille modeste qui m’a offert tout ce que je voulais. La première fois que j’ai défilé, en 2011, je me suis sentie à l’aise, j’avais l’impression d’être dans une bulle faisant abstraction de tout ce qu’il y avait autour de moi. J’étais comme possédée, mais mon état d’esprit était serein. Après le défilé, les gens m’ont félicitée et encouragée à poursuivre dans cette voie.
Mais au Tchad, le mannequinat est souvent confondu avec la prostitution. J’étais en conflit permanent avec ma famille à cause des bavardages malveillants et j’ai même dû faire une pause de deux ans avant de reprendre. À vingt-deux ans, je voudrais être un jour hôtesse de l’air tout en continuant le mannequinat car, je suis de celles qui croient en leurs rêves. »

JPEG
JPEG

Dernière modification : 17/09/2018

Haut de page