Le Programme d’Appui au Secteur de la Santé au Tchad (PASST 2) soutenu par l’AFD.

Le Ministre tchadien de la santé publique a signé plusieurs conventions de subvention dont le financement sera assuré grâce aux fonds de la 2ème phase du Programme d’appui au secteur de la santé au Tchad (PASST 2) soutenu par l’AFD.

JPEG - 1.9 Mo
Signature de convention entre l’AFD et le ministère de la santé publique

En présence de l’Ambassadeur de France au Tchad, Philippe Lacoste, et du Directeur de l’Agence française de développement au Tchad, Olivier Cador, le Ministre de la santé publique, Mahamat Aziz, a signé le 19 octobre 2018 plusieurs conventions de subvention avec des associations dont le financement sera assuré grâce aux fonds de la 2ème phase du Programme d’appui au secteur de la santé au Tchad (PASST 2) soutenu par l’AFD. 🇷🇴🇼🇫

JPEG

Quatre structures ont ainsi bénéficié d’un soutien supplémentaire afin qu’elles poursuivent leurs programmes, pour un montant total de plus de 300 millions de francs CFA :

  • près de 63 millions de francs CFA grâce auxquels l’Association Djenandoum Naasson (ADN) poursuivra, pendant une année, ses activités de prise en charge des personnes vivant avec le VIH. Après cet appui, le montant total de la subvention faite à ADN dans le cadre du PASST 2 s’élèvera à plus de 218 millions de francs CFA.
  • plus de 125 millions de FCFA pour le CHU Le Bon Samaritain pour soutenir, pendant encore un an, le dispositif innovant de forfaits (obstétricaux et pédiatriques) et la formation des élèves médecins et infirmiers. Ce complément porte l’allocation totale accordée à cet établissement à plus de 565 millions de francs CFA dans le cadre du PASST 2.
    👇 Découvrez ci-dessous notre reportage sur ce dispositif. 👇
  • près de 25 millions de francs CFA ont été fléchés vers l’ONG BASE pour financer la création de Cellules villageoises de gestion des urgences dans les districts ruraux du Logone Occidental. Le montant total de l’allocation accordée à cette ONG dans le cadre du PASST 2 est ainsi porté ainsi à plus d’un milliard de francs CFA.
  • près de 123 millions de francs CFA ont également été accordés au consortium constitué de l’ONG Handicap Santé et de la Maison « Notre Dame de la Paix » de Moundou pour un programme d’opérations chirurgicales. Le public visé est constitué de femmes et d’enfants handicapés, ou de victimes d’accidents divers. L’allocation totale faite à ce consortium dans le cadre du PASST2 passe ainsi à près de 225 millions de francs CFA.

PNGLa santé fait partie des secteurs historiques d’engagement de la France au Tchad : l’Ambassade de France, le Service de coopération et d’action culturelle, l’Agence française de développement et, plus récemment, Expertise France mobilisent depuis de nombreuses années leurs différents moyens (bourses, subventions projets, dispositif de soutien aux ONG, missions d’experts ..) pour accompagner les efforts du gouvernement tchadien et des structures de santé en faveur de l’amélioration de la qualité des services rendus aux populations.

Les ONG françaises intervenant dans le secteur de la santé sont nombreuses au Tchad (MSF, Handicap et Inclusion, ALIMA, Première urgence, Croix Rouge Française, Handicap Santé ..).

Pour sa part, l’AFD soutient le secteur de la santé depuis l’année 2000. Depuis 2011, elle concentre au Tchad ses activités dans le domaine de la santé maternelle et infantile.

Au total, depuis 2000, ce sont 38 M€ qui ont été apportés par l’AFD pour améliorer l’offre de soins de santé au Tchad, dont 18 M€ ciblés sur la lutte contre la mortalité des mères et des enfants. Ces projets, mis en œuvre par les autorités nationales (Ministère de la santé publique, mais aussi, dans la capitale, par la Mairie de N’Djamena ..), font souvent intervenir des organisations de la société civile (ASTBEF pour la planification familiale, BASE pour la santé communautaire, l’hygiène et l’assainissement, etc ....) dans le cadre de partenariats public-privé portés par les autorités sanitaires.

Les projets et programmes financés par l’AFD portent également une attention particulière à l’amélioration de la disponibilité des médicaments, au renforcement des capacités des administrations et à l’amélioration de la demande de soins (avec un financement complémentaire de l’Initiative Solidarité Santé Sahel portée par la France). Cette démarche vise un renforcement pérenne des systèmes de santé, et plus largement un appui aux politiques de population.

La coopération entre établissements est également très riche : le Ministère de la santé mobilise, grâce au financement de l’AFD et sous la coordination d’Expertise France, les équipes de la coopération hospitalière française : de nombreux médecins et spécialistes des hôpitaux de Paris (Cochin et Lariboisière), de Quimper, d’Annecy, de Poitiers ... effectuent chaque année des missions au Tchad pour aider leurs confrères.

La France, aux côtés de nombreux partenaires (ministère de la Santé publique, FNUAP, UNICEF, OMS, organisations de la société civile ...) a également contribué aux débats d’idées et aux plaidoyers sur la santé de la reproduction, en participant notamment à l’organisation de journées d’échanges sur la santé maternelle et reproductive, afin de partager les savoirs et les expériences en la matière : la publication de l’étude« Population, développement et dividende démographique au Tchad » en 2013 a par ailleurs permis de lancer des campagnes régulières de communication sur les enjeux sanitaires et socio-économiques de l’évolution démographique au Tchad.

PNGPar ailleurs, la France soutient depuis deux ans, à l’aide de subventions d’aide budgétaire, le fonctionnement de nombreux hôpitaux (à N’Djaména et dans les régions) et des programmes nationaux de santé (gratuité des soins, lutte contre le VIH/Sida, lutte contre le paludisme et la tuberculose, vaccination, transfusion sanguine, achats de médicaments génériques..). Le montant cumulé de ces subventions d’aide budgétaire en faveur de la santé sur la période 2017-2018 totalisera plus de 13 milliards de FCFA en fin d’année 2018.

Cette bonne collaboration se renforcera encore prochainement avec de nouveaux appuis de l’AFD prévus pour le début de l’année 2019.

Découvrez notre reportage sur le forfait grossesse/pédiatrie à moindre coût, expérimenté par le ministère de la santé publique, en partenariat avec le CHU Bon Samaritain de N’Djaména et l’Agence française de développement au Tchad.

Dernière modification : 25/10/2018

Haut de page