Soutien à la jeunesse de Mongo

Mercredi 16 août 2017, s’est déroulée la cérémonie de clôture du projet de lutte contre la drogue et l’alcoolisme et de réinsertion sociale pour la jeunesse intitulé « Anadja », mis en œuvre par l’ONG Moustagbal dans la région du Guéra. « Anadja », qui signifie « réussite » en arabe, a été lancé en septembre 2016 et cofinancé par le programme PISCCA (Projets Innovants des sociétés civiles et des coalitions d’acteurs) de l’Ambassade de France au Tchad.

JPEG - 5.6 Mo
Représentation théâtrale de sensibilisation à Bitkine en décembre 2016 Crédit photo/SCAC

Le projet a pour objectif de sensibiliser les jeunes de la région du Guéra aux méfaits de la consommation de drogues et de la prise abusive d’alcool et de réinsérer des jeunes consommateurs par des formations en menuiserie et maçonnerie. Le travail de sensibilisation s’est traduit par la réalisation de 23 représentations théâtrales et débats dans 18 établissements scolaires des 4 localités de la région du Guéra (Mongo, Bitkine, Mangalmé et Melfi) ainsi que des diffusions quotidiennes de 4 spots radio. Au total, environ 7900 jeunes ont été sensibilisés au problème de l’alcool et des drogues dont 2700 jeunes filles. Les superviseurs et pairs éducateurs du projet ont établi une enquête d’identification des points de vente d’alcool et des jeunes consommateurs des 4 localités. 29 jeunes anciens consommateurs d’alcool terminent leur formation pratique en menuiserie et maçonnerie jusqu’à la fin du mois d’août avant de démarrer leur propre activité.

JPEG - 341.7 ko
Visite de l’atelier de menuiserie des apprentis par la gestionnaire PISCCA de l’Ambassade de France Crédit photo/SCAC

Cette cérémonie de clôture fut l’occasion de conduire un atelier de capitalisation avec toutes les parties prenantes du projet et les autorités locales afin de tirer des enseignements et établir un plan d’action pour la prise en charge des jeunes en difficulté. Les principales perspectives de pérennisation de l’action visent une extension de la sensibilisation en zone rurale et auprès des femmes, par la formation de pairs éducatrices.

JPEG - 108.1 ko
Formation pratique à l’atelier de menuiserie de Mongo Crédit photo/SCAC

La cérémonie a eu lieu en présence de son Excellence Monsieur de Gouverneur de la région du Guéra, Messieurs les préfets et sous-préfets du Guéra, Madame la Maire de la ville de Mongo, la Chargée de mission société civile gestionnaire du programme PISCCA au sein de l’Ambassade de France au Tchad, les représentants des délégations de l’éducation et de l’action sociale de la région, l’équipe de Moustagbal, les jeunes bénéficiaires et équipes impliquées dans le projet.

JPEG - 97.7 ko
Khamis Nedé, père d’un bénéficiaire apprenti menuisier Crédit photo/SCAC

Les intervenants ont convenu que la consommation d’alcool et de drogues chez les jeunes du Guéra est en augmentation et génère de nombreux troubles : déscolarisation, chômage, violence, décès, maladies, oisiveté. Dans le Guéra, où les moins de 15 ans représentent la moitié de la population, une réponse synergique des autorités locales, des acteurs sociaux et de développement s’avère essentielle.

La gestionnaire PISCCA a rappelé que le soutien à la jeunesse, plus spécifiquement la formation, l’insertion sociale et professionnelle des jeunes demeure une des priorités du Service de Coopération et d’Action culturelle de l’Ambassade de France et s’inscrit dans les orientations politiques et stratégiques de la « Vision 2030 » du Tchad. En ce qui concerne la prise en charge des méfaits de l’alcool et des drogues, l’Ambassade de France au Tchad a déjà financé par le biais du fonds d’appui PISCCA deux projets du CEDIRAA (Centre diocésain de recherche action en alcoologie) pour l’ouverture d’un bar sans alcool et la prise en charge des personnes dépendantes à N’Djamena, et soutient depuis 2016 le projet d’ADESCK (Association pour le développement économique, social et culturel du Kanem) de sensibilisation des jeunes à la résolution pacifique des conflits, à la radicalisation, aux violences faites aux femmes et à la consommation de stupéfiants dans la région du Kanem.

Pour clore la cérémonie, chacun des 29 apprentis en maçonnerie et menuiserie a reçu son kit d’outils individuel !

Pour plus d’informations sur les outils de financement de la société civile au Tchad par l’Ambassade de France au Tchad : https://td.ambafrance.org/Le-PISCCA...

Témoignage du père d’un bénéficiaire : [voir photo]
« Je suis Khamis Nedé, père du stagiaire Ahmat Khamis que Moustagbal a pu récupérer. Je suis fier, content et très reconnaissant envers l’Ambassade de la France et Moustagbal initiatrice de ce projet ; je suis couturier et grâce à la couture que je prend la famille en charge et mon enfant Ahmat j’ai tout fait pour lui apprendre, mais il ne se donne pas pour le métier de couture. Aujourd’hui mon enfant devient menuisier là c’est bien. Je suggère de renouveler ce projet pour une longue durée pour combattre ce phénomène de drogue qui détruit la vie de la jeunesse et insérer d’autres domaines de formation tels que couture, mécanique, etc. »

Dernière modification : 31/08/2017

Haut de page