Soutien et plaidoyer en faveur des migrantes internes à N’Djamena

Cérémonie de lancement et de plaidoyer du projet financé par le PISCCA « Action pour la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale à l’égard des femmes et jeunes filles migrantes internes à N’Djamena » de CAASFFA (Collectif d’Action pour l’Alphabétisation, la Santé et la Formation de la Femme d’Amtoukoui) du 29.09.2017

JPEG - 938.7 ko
L’Ambassadeur de France entouré de gauche à droite de la gestionnaire PISCCA, de la présidente de CAASFFA, Mme Djikoloum, de Messieurs les maires des 7ème et 9ème arrondissements et de M. le Conseiller du Gouverneur de la ville de N’Djaména, des associations de migrants et des femmes migrantes bénéficiaires.

Le Collectif d’Action pour l’Alphabétisation, la Santé et la Formation de la Femme d’Amtoukoui (CAASFFA) a réuni une cinquantaine de participants vendredi 29 septembre 2017 au CEFOD pour la cérémonie de lancement et de plaidoyer de son projet en faveur des femmes migrantes internes à N’Djamena.

Intitulé « Action pour la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale à l’égard des femmes et jeunes filles migrantes internes à N’Djamena », cette initiative est cofinancée par le fonds d’appui à la société civile PISCCA de l’Ambassade de France au Tchad.

JPEG - 13.6 ko
De gauche à droite, l’Ambassadeur de France, la Présidente de CAASFFA, Mme Djikoloum, M. le Conseiller du Gouverneur de la ville de N’Djaména écoutant le témoignage d’une jeune migrante bénéficiaire du projet.
JPEG - 15.2 ko
Intervention d’un juriste de l’inspection de travail aux côtés de M. le Maire du 7ème arrondissement de N’Djaména et de la Présidente de CAASFFA lors des sessions de formation.

La cérémonie s’est tenue en présence de l’Ambassadeur de France au Tchad, M. Philippe Lacoste, le Conseiller du Gouverneur et les Maires des 7ème et 9ème arrondissements de la ville de N’Djamena, des organisations de promotion de l’emploi, des droits de l’Homme et de prévoyance sociale, cinq associations de migrants et une trentaine de femmes bénéficiaires.

Cette action ciblera 500 femmes issues de zones rurales du Tchad employées à N’Djaména en tant que travailleuses domestiques dans des conditions difficiles et peu encadrées. Au programme : cours d’alphabétisation, assistance juridique en cas de litige, création de caisses d’épargne et de crédits et formations à des activités génératrices de revenus. Le Collectif mènera en parallèle des travaux de plaidoyer sur le cadre juridique du travail notamment auprès des employeurs de migrants et associations de migrants.

JPEG - 15.1 ko
Discours de M. l’Ambassadeur de France au Tchad

« Ce projet concerne les femmes les plus vulnérables » a souligné M. l’Ambassadeur de France au Tchad, tout en rappelant que la promotion du rôle des femmes est une priorité de l’Ambassade.
Cette cérémonie a été suivie de deux jours de formation sur le cadre juridique du travail auxquels ont participé les autorités de la ville et toutes les parties prenantes du projet dont les migrantes qui sont souvent les premières à ignorer leurs droits. Ces travaux ont abouti à une série de recommandations que relaieront les participants.

Dernière modification : 16/10/2017

Haut de page