Stage d’aisance aquatique au profit du régiment fluvial de la DGSAT

Après l’opération « Colère de Bohoma » au printemps 2020 dans la zone du lac Tchad, les forces de défense et de sécurité tchadiennes ont décidé de créer une capacité amphibie. A l’été 2020, la France a offert son appui avec la mise en place d’un projet au sein de la mission de coopération de défense (MCD), à travers la direction de la coopération de sécurité et de défense (DCSD) destiné à l’appui au renforcement des capacités amphibies sur le lac Tchad.

Séance dans le fleuve Chari © Ambassade de France au Tchad

Le projet est vaste et concerne des domaines très variés depuis l’équipement jusqu’à la formation, en lien avec d’autres partenaires, dont la coopération américaine.

Une des premières étapes de cette collaboration franco-tchadienne au profit du groupement amphibie de la Division des Groupements Spéciaux Anti-Terrorisme (DGSAT) est la mise en place d’une formation à l’aisance aquatique au profit des personnels, avant leur déploiement sur le lac Tchad fin 2021. Le premier de ces stages, destiné à 80 cadres et soldats, s’est tenu sous forme d’un « fil rouge » hebdomadaire du 4 décembre 2020 au 4 février 2021.

La particularité de ce stage est que la MCD a pu la conduire sur ses ressources propres, s’appuyant sur ses moniteurs BNSSA, instructeurs commando et personnel médical.

Après les premières séances en piscine, en particulier pour les non-nageurs, une séance de synthèse, organisée dans le fleuve Chari à partir des embarcations du groupement fluvial, a clôturé le stage le 4 février dernier. L’objectif de ce stage était de garantir la survie des soldats engagés sur les opérations de sécurisation sur le lac Tchad. Les stagiaires ont ainsi été évalués sur leur capacité à rejoindre la terre ferme à partir des embarcations et à gérer ce milieu, hostile pour beaucoup (stress, courant, opacité de l’eau, appréhension…).

À l’issue de cette séance engageante pour les stagiaires comme pour les formateurs, 54 attestations ont été remises « sans restriction » et 6 attestations avec des conditions très strictes d’entraînement et de déploiement. Pour les 20 soldats qui ne sont pas lauréats, ils seront pris en charge mensuellement par les coopérants pour les amener au niveau de leurs camarades.

Dernière modification : 09/02/2021

Haut de page